Mitch

51ystxmlvul

Mitch


1 - Présentez-vous en quelques phrases :

Je suis Mitch, je suis un auteur et je m’inscris dans la tradition des auteurs de fictions réalistes. J’aime l’idée de confronter le réel à son image.

Je mène plusieurs projets de front, dont celui de faire lire et écrire les plus jeunes, afin que les mots ne se perdent pas. La disparition de la diversité du langage entraine irrémédiablement un appauvrissement des langues et des contestations.

Donc je me bats pour que la jeunesse puisse encore contester dans les années à venir. (oui je sais c’est long comme description, mais en même temps je sais pas faire court contrairement à ce que prétendent mes ex).

2 - Dans quelles conditions, écrivez-vous ?

Dans l’urgence. J’écris entre deux trains, dans des moments de calme (soudains) chez moi, là je suis allongé sur mon lit et je regarde mes mails en même temps. Je n’arrive pas à me poser longtemps. Beaucoup de notes et ensuite l’écriture. Bout à bout ça fait pas mal de boulot de préparation, et par conséquent un travail d’écriture plus fluide pour moi.

3 - Avez-vous déjà une idée pour votre prochain livre ?

Oui j’y travaille activement. Je réfléchis beaucoup à la trame narrative et je refais l’histoire sans cesse dans ma tête. J’aime me raconter des histoires. C’est un réflexe d’enfant seul que de se raconter des histoires pour se désennuyer. Quant au sujet, ce sera le rapport de l’humanité dans ses croyances souvent limitantes.

4 - Auto-Édition : choix ou dépit ?

Choix. J’ai la chance de choisir entre mon éditeur chéri pour certains projets et l’auto-édition pour d’autres. C’est en fonction des projets et des attentes.

J’aime les deux pour toutes ces raisons. Donc pour moi c’est une chance de transmettre des projets plus perso ou juste moins mainstream. L’auto-édition c’est un avantage pour cette liberté de ton et de propos.

Par exemple mon dernier projet est un projet en auto-édition autour de textes écrits par de jeunes lycéens. C’est un ouvrage ouvertement gratuit et qui souhaite rester un ouvrage de partage. Donc l’auto édition est le meilleur vecteur pour ce type de projet.

Vous pouvez d’ailleurs trouver les liens gratos sur mon site et mon Facebook.

5 - Qu’est-ce qui vous donne systématiquement le sourire ?

Quand je m’aperçois que l’humanité n’est pas que mauvaise. Et inversement proportionnée avec regrets.

6 - Votre citation préférée et pourquoi ?

« L’amour c’est l’infini mis à la portée des caniches » LF Celine. Je sais ce n’est pas l’auteur le plus joyeux ni le moins discutable, mais cette phrase montre bien en quelques mots toute la beauté et la laideur de nos contemporains. C’est l’ambivalence entre les deux grandes forces opposées. Bien et mal. L’amour, lumineux, et la nature humaine, profondément bestiale et égocentrée. Bref j’aime cette manière d’écrire.

7 - À part l’écriture, quelles sont vos autres passions ?

La peinture, les arts graphiques et plastiques. J’aime ce qui donne des émotions et des réflexions.

8 - Un lieu qui vous aide à vous ressourcer ?

Mon lit... c’est un endroit que je côtoie peu, donc je l’idéalise beaucoup. C’est un peu comme une résidence secondaire. On y va jamais, mais on imagine qu’on y serait mieux qu’ailleurs.

9 - Quel est votre pire souvenir d’auteur ? Et le meilleur ?

Mon pire souvenir ça va être compliqué, car je n’ai pas de pire souvenir, je suis plutôt heureux de la situation qui est la mienne. Disons que j’ai plutôt des ressentis et des réflexions négatives, parfois, sur l’environnement qui gravite autour de l’activité d’auteur. Mais c’est toujours en rapport avec la bêtise humaine qui me parait plus insondable que jamais.

Sinon mon meilleur souvenir c’est les rencontres avec les lecteurs. C’est toujours un moment intéressant, et j’aime discuter avec eux pour comprendre leurs avis, bons comme mauvais d’ailleurs. J’aime me rendre compte que mes histoires me dépassent. Je suis moins important que mes personnages, et voir un lecteur me parler d’eux comme s’ils étaient là, c’est un moment très agréable.

10 - Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

« La plénitude du vide ». C’est un ouvrage scientifico philosophique. Ça fait super snob de le dire ainsi, mais c’est un bon ouvrage pour celui qui aime se triturer les méninges. De plus le vide me fascine et son étude tout autant. Mon premier livre chez mon éditeur actuel s’appelait justement « Vide ».

Un grand merci pour l’interview et pour ce moment fugace que j’ai partagé avec vous.

Sa page Facebook :Cliquez ici fds2016
Sa page auteur sur Amazon :Cliquez ici fds2016

Ajouter un commentaire