Francisco Lozano

41rpkyhaizl sx347 bo1 204 203 200

Francisco Lozano


1 - Présentez-vous en quelques phrases :

Je suis d’origine espagnole, fils d’un exilé politique. J’écris depuis que j’ai appris à le faire, un peu comme je respire. J’ai beaucoup voyagé pour raisons professionnelles (j’ai travaillé dans une organisation internationale) en particulier en Amérique latine. J’aime les romans qui sont ancrés dans une réalité historique et/ou sociale, mais, comme le disait Claude Chabrol, le moins qu’un auteur puisse faire est de distraire son public. J’essaye de concilier l’exigence de distraction tout en exprimant ma révolte devant les injustices et les inégalités.

2 - Dans quelles conditions, écrivez-vous ?

Je peux écrire n’importe où, au calme dans mon jardin comme dans un train. Les idées me viennent souvent en marchant seul.

3 - Avez-vous déjà une idée pour votre prochain livre ?

J’en ai plusieurs, un roman de pur divertissement sur le thème du crime en chambre close et la suite des aventures de Santiago le héros de mes deux premiers romans.

4 - Auto-Édition : choix ou dépit ?

J’ai commencé par l’auto-édition plutôt par dépit avant de trouver un éditeur qui a repris mes deux premiers romans.

5 - Qu’est-ce qui vous donne systématiquement le sourire ?

Les comédies musicales, en particulier « Les demoiselles de Rochefort » et « Chantons sous la pluie ». Mais surtout, me réveiller près de ma femme.

6 - Votre citation préférée et pourquoi ?

« Il faut imaginer Sisyphe heureux. » d’Albert Camus. C’est une formule qui synthétise en quelques mots la condition humaine. Un fardeau souvent lourd à porter mais la vie nous procure des bonheurs incomparables, être amoureux, lire un bon livre, contempler un paysage d’une beauté à couper le souffle, rencontrer des personnes dont la bonté vous fait reprendre confiance en l’humanité.

7 - À​ part l’écriture, quelles sont vos autres passions ?

En tout premier lieu la lecture et le cinéma. Mais aussi la photographie et l’observation de la nature.

8 - Un lieu qui vous aide à vous ressourcer ?

Le bord de l’eau, que ce soit près d’un lac, d’une rivière ou de la mer.

9 - Quel est votre pire souvenir d’auteur ? Et le meilleur ?

Le pire : d’avoir travaillé pendant des semaines sur un manuscrit et de m’apercevoir que j’étais incapable d’aller jusqu’au bout. C’est à ce moment-là que j’ai décidé d’arrêter la ’’Littérature’’ et de me consacrer à ce que je sais à peu près faire, écrire des polars.

Le meilleur : la toute première lettre d’acceptation d’une nouvelle, publiée par la Bibliothèque Verte, dans le cadre d’un concours d’écriture lorsque j’avais seize ans. Ce jour-là j’ai vraiment pensé, avec l’arrogance de la jeunesse, que j’avais l’étoffe d’un auteur.

10 - Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

« Une avalanche de conséquences » d’Elisabeth George, une auteure dont j’apprécie beaucoup les romans, plus pour les personnages que pour les intrigues.

Sa page Facebook :Cliquez ici fds2016
Sa page auteur sur Amazon :
Cliquez ici fds2016

Ajouter un commentaire