Amélie Diack

51fang4j7ll

Amélie Diack


1 - Présentez-vous en quelques phrases :

Bonjour à tous. Je m’appelle Amélie Diack. Je n’utilise pas de pseudo pour écrire. Depuis mon arrivée en France, j’ai commencé par le bas de l’échelle pour vivre. J’ai arrêté mes études à un mois du Bac suite à la disparition de mon père. J’ai fait différentes formations et métiers. Après avoir été femme de ménage, puis aide-comptable et secrétaire de direction, j’ai ensuite été aide-soignante. Aujourd’hui, je suis assistante sociale.

2 - Dans quelles conditions, écrivez-vous ?

L’écriture est une forme de respiration pour moi. Elle m’a beaucoup aidée dans les moments durs de ma vie. Ça continue actuellement. Je n’ai pas de moments favoris. L’inspiration est partout. Une image, un mot, une personne, un souvenir, etc. C’est une seconde nature chez moi.

3 - Avez-vous déjà une idée pour votre prochain livre ?

Oh oui, j’ai un recueil de nouvelles en préparation que je sortirai sûrement sur Amazon et le deuxième tome de mon roman Shouna qui sera aussi sur Amazon.

4 - Auto-Édition : choix ou dépit ?

Un peu des deux. Depuis longtemps, j’ai soumis des écrits à des ME qui avaient pignon sur rue. C’était toujours excellent, mais…. Je me suis orientée vers l’autoédition sans le savoir. Disons que je me suis faite escroquée comme une bleue que j’étais. Cependant, cela m’a permis de connaître ce mode d’édition et c’est le choix que je fais pour mes prochains livres.

5 - Qu’est-ce qui vous donne systématiquement le sourire ?

Tout. Je suis de nature zen. Je vois toujours le verre à moitié plein. La vie et ses épreuves m’ont appris que rien n’est acquis. Il faut profiter mes moindres moments de la vie. Accepter les gens avec leurs défauts car j’en ai. Pour moi, le sourire est un très bon remède peu utilisé par l’Humain.

6 - Votre citation préférée et pourquoi ?

Je pense tout de suite à un proverbe de mon pays (le Sénégal). « C’est dans la souffrance que s’enracine le savoir ». La vie nous donne des leçons, nous éprouve. Ce qui nous rend plus forts. L’école de la vie est la meilleure pour apprendre. Tout simplement.

7 - À part l’écriture, quelles sont vos autres passions ?

J’en ai plusieurs. Je suis une passionnée d’histoire, d’ethnologie et d’anthropologie. L’Autre m’a toujours attirée quant à sa façon de vivre, ses us et coutumes. Je collectionne les cartes postales. Depuis des années, je travaille sur ma propre encyclopédie du Monde. J’adore ça. Il y a aussi les moments précieux en famille ou entre amis où l’on refait le monde autour d’un bon repas.

8 - Un lieu qui vous aide à vous ressourcer ?

Je n’ai pas de lieu favori, quoique j’adore les bibliothèques et les librairies. Pour me ressourcer, j’ai juste besoin de me plonger et de travailler sur mon encyclopédie avec une tasse de thé.

9 - Quel est votre pire souvenir d’auteur ? Et le meilleur ?

Le pire ? Je suis en train de le vivre. Se faire arnaquer par son pseudo éditeur. Encore une belle leçon de la vie. Le meilleur moment ? L’instant où j’ai tenu mon livre dans mes mains et que je l’ai mis dans ma bibliothèque. C’était génial.

10 - Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

Un livre que j’ai chroniqué. Une autre couleur du Bonheur de Paule Auriane Ntchouadep. Actuellement, je lis l’exilée de Virginie Vanos (à chroniquer) et mon livre de chevet est la petite fille de Mostaganem de Isabelle Vaha.

Sa page Facebook :
Cliquez ici fds2016
Sa page auteur sur Amazon :
Cliquez ici fds2016