Quelques instants de bonheur cruels

44057869 703106410066341 8000585647863627776 ntest

Chronique :

Titre :
Quelques instants de bonheur cruels

Auteur :
Jean-Félix Monies.

Parution : 03/09/2018 – Librinova.


412 pages.


J'ai été contacté directement par Jean-Félix Monies. Le titre m’interpelle ainsi que la 1ère de couverture. Donc c'est parti, je relève le défi de ce service de presse.

Alcaline, c'est le petit surnom plein d’amour que ses parents lui ont donné. À votre avis pourquoi ?

Aline est une vraie pile, elle déborde d’énergie, comme le petit lapin rose que l’on voyait dans une pub. Une famille heureuse... jusqu'au jour d’une journée d’août 2005, Aline ne donne plus signe de vie. Inquiets, ses parents préviennent la police.

Quelques jours plus tard, Aline est retrouvée sous un pont, torturée, bafouée, battue... Dans un état très critique, elle est évacuée dans un hôpital, dans un service de réanimation. Va-t-elle s’en sortir ?

À son réveil du coma, elle n’est plus cette jeune fille pleine d’énergie !!! Son regard est vide et elle ne parle plus... La famille est anéantie par cette tragédie et elle se brise peu à peu...

Quelques années après, son père reçoit une boîte à chaussures, avec à l’intérieur, un livre et un dessin d’Aline !!!! Que représente ce dessin ? Les coupables ? Et là... Son père va tout faire pour retrouver les coupables !!!! Jusqu'où ira-t-il ? Découvrira-t-il les coupables avant la police ?

Un bon roman noir, même très noir, une descente vertigineuse dans la douleur de la perte d’un être aimé, la vengeance et tout ce que cela implique ! Une enquête menée par la police, mais surtout par le père.

Une écriture fluide, des descriptions très développées (un peu trop peut-être), les ressentis des personnages à gogo. J'ai passé trois bonnes soirées de lecture. Et une fin qui présage une suite.

À découvrir rapidement.

Résumé :

Jean-Philippe et Marie ont toujours été fous d’Aline, leur fille. Ils la surnomment Alcaline affectueusement, parce qu’elle déborde d’énergie et ne peut jamais rester en place.

Mais tout bascule une journée d’août 2005, quand Aline, en route pour retrouver des amis à Royan, disparaît mystérieusement. Retrouvée plusieurs jours plus tard, gisant sous un pont, violemment battue et torturée, elle est transportée inconsciente en service de réanimation et ne sera dès lors plus jamais la même personne. Elle s’enferme dans un mutisme permanent, avant que son état psychique n’empire de manière définitive.

La tragédie brise la famille.

Trois ans plus tard, l’enquête au point mort, Jean-Philippe reçoit un mystérieux colis contenant un livre de poésie annoté de l’écriture d’Aline et un dessin d’enfant. Le choc et l’incompréhension ravivent ses doutes et son intention d’élucider le crime.

Au cours d’une enquête haletante, il se reconstruit à petits pas avec l’aide d’anciens et de nouveaux amis, et replonge, malgré lui, dans des moments oubliés de la vie d’Aline.

Chronique réalisée par Nadine Doyelle


Pour vous le procurer :
Cliquez ici fds2016ouCliquez ici fds2016

Ajouter un commentaire