Le mur du temps

37365028 639707749739541 2270498902996156416 n

Chronique :

Titre :
Le mur du temps

Auteur :
Ludovic Metzker.

Illustrations :
Jean-Paul Dos Santos Guerreiro.

Parution : 07/05/2018 – Auto-Édition.


458 pages.


Pour une fois, ce n'est pas un service de presse. Je veux faire diminuer ma PAL et c’est pas gagné, environ 110 livres, aurais-je besoin d’une année sabbatique ? Je le pense...

On a tous, un jour ou l’autre, voulu être dans la peau d’un autre, ne serait que pour avoir une vie de rêve, être beau, riche, célèbre etc...

Dans le roman « Le mur du temps » c’est ce qui arrive à Benoît et Benjamin. Deux jeunes hommes au commencement de leurs vies d’adultes à deux époques totalement différentes et un mur...

Paris 07/2016 :

Benoît est un étudiant qui prépare un mémoire sur la Shoah. Jennifer, son amie et voisine, lui propose d’aller au Mémorial de la Shoah pour mieux ressentir et faire passer les émotions dans son mémoire. De plus, il est secrètement amoureux d’elle et ne peut et ne veut lui dire...

Lodz 07/1944 :

Benjamin survit depuis 5 ans dans l’enfer d’un camp de concentration, battu, affamé, humilié, sachant que la mort peut venir à chaque seconde, il décide d’aller devant le mur de l’ancienne synagogue, détruite pendant les bombardements et là des maquereaux l’ont battu et laissé pour mort ! Une prière, juste une prière, c'est ce que fait Benjamin avant que la mort vienne et…

Paris :

Benoît est soudain pris d’un malaise devant ce mur de la synagogue de Lodz et se cogne la tête et...

Ce roman est tout bonnement un OVNI littéraire, je ne sais pas si ça se dit, mais je le dis et proclame haut et fort, qu’il devrait être lu dans le monde entier...

Une leçon de haï (vie), d’Abrabah (amour), peoulo naèzètt (actes héroïques) pour ne jamais oublier.

J'ai pleuré devant la beauté et la portée des mots, des doutes, des ressentis, des questions, des actes manqués, des non-dits...

Ce n'est pas un roman triste, mais il est rempli d’espoir, d’éclats de rire, d’émotions plus intenses les unes que les autres.

Et ce mur qui pour moi à une très grande importance, car un mur sert à enclore, à séparer, un rempart, un obstacle, un mur protégé, mais isolé aussi...

Nous avons tous dans notre vie eu un ou plusieurs murs !!!! Un mur traverse les siècles, des empreintes y sont laissées, des mots, des signes y sont gravés, les murs entendent nos lamentations... Et nous, nous passons devant sans imaginer que tout cela est resté gravé en eux. Ces pierres sont notre histoire, leurs histoires, Votre histoire...

Je dirais simplement et humblement à Ludovic TODA RABA (merci beaucoup) pour cette ode, ce cri pour que jamais on oublie, qu’il y a eu des justes, des résistants, des anonymes qui ont donné leurs vies pour en sauver d’autres. Et aussi se souvenir à jamais de notre histoire...

Résumé :

Paris, juillet 2016

Benoît est un jeune étudiant en histoire. Pour terminer son mémoire sur l'Holocauste, il se rend au « Mémorial de la Shoah » accompagné de Jennifer, sa meilleure amie dont il est secrètement amoureux.

Devant un morceau du mur de l'ancienne synagogue de Lodz, le jeune homme fait un malaise…

Lodz, juillet 1944

Benjamin n'aspire qu'à retrouver la liberté volée par les nazis.

Battu et laissé quasiment pour mort par les Maquereaux devant le mur de l'ancienne synagogue, il fait une prière tout en sachant que ses jours sont comptés.

Épuisé, il se laisse aller et pense que la mort l'arrache à la vie…

Contre toute attente, Benoît et Benjamin vont échanger leur vie et se retrouver chacun dans la peau de l'autre.

Alors que Benjamin découvre une nouvelle forme de liberté, Benoît comprend qu'il ne lui reste plus que quelques semaines à vivre…

"Une très belle histoire, difficile de refermer le livre avant de connaître la fin !"

"C'est superbement écrit, bourré d'émotions, une ode à la vie. Les mots me manquent pour décrire mon ressenti"

"Ludovic n’a pas voulu nous raconter une nouvelle histoire de guerre sur un sujet qui restera toujours délicat.

La force de son roman est d’aller à contre-pied de ce à quoi on pourrait s’attendre…"

"Merci à l'auteur pour m'avoir appris différemment cette période noire, non pas d'une manière pédagogique, mais plus humaine et ressentie…"

Chronique réalisée par Nadine Doyelle


Pour vous le procurer :
Cliquez ici fds2016
Sa page Facebook :
Cliquez ici fds2016