Effondrements

29137009 410116289432842 2076220133285560320 n

Chronique :

Titre :
Effondrements

Auteur :
Guy Morant.

Parution : 12/03/2018 – Nocturnal.


499 Pages.

Couverture magnifique de Matthieu Biasotto.


Dimanche :

Le policier Fabrice Carpante prévient Joseph Kamara (police judiciaire) que 2 pêcheurs ont découvert le cadavre d'une jeune femme à l'étang du Moulinet (Yvelines), c'est pas joli à voir !

Kamara contacte le commissaire Octavien qui peine à décrocher son téléphone sur son jour de repos et qui aboie sur Kamara qui le dérange, s’ensuit des blagues racistes.

Il ne faut pas le déranger pour une broutille. Ce n'est pas une broutille, c'est un meurtre...

Joseph rejoint des collègues qui sont déjà sur le lieu du crime, où les 2 pêcheurs attendent qu’on les interroge et les rubans jaunes sont déjà installés.

Le corps de la jeune femme repose sur un lit de feuilles dans une étrange position, pas naturelle du tout, comme si elle avait été écrasée de la tête aux pieds !

Le capitaine Autier Alaric est chargé d’instruire cette enquête et donne les directives à toute son équipe. L’enquête peut commencer, elle s'avère dure, mais très très dure, aucun indice, pas de scène de crime.

L'autopsie révèle l’identité de la jeune femme, c'est Marion Vallée, fille de Gérard Vallée, ancien député des Yvelines et n°2 du mouvement pour la démocratie.

Est-ce une vengeance politique ?

Qui pouvait en vouloir à Marion ?

Pourquoi ? Comment ? Et qui ?

Lundi :

Les parents de Marion reconnaissent le corps de leur fille unique. Gérard accuse de suite la « secte les survivalistes » que leur fille avait rejoint. Et qui est gérée par un certain Marivain (gourou ?)

L'autopsie révèle aussi que Marion a été violée vers ses 5 et 8 ans (déchirures à l’anus).

Pendant une semaine et un jour, on va être embarqué, balloté de révélation en révélation sur l'enfance de Marion, l'aspect financier des diverses entreprises qui font partie du « groupe les survivalistes », les procédures policières légales ou pas, le peu de moyen dont dispose les policiers pour enquêter.

Certains personnages sont fissurés par leurs vies. Iront-ils jusqu'à l'effondrement ? De la corruption, des non-dits, des pressions politiques et médiatiques. La manipulation des policiers, des suspects... tous les moyens sont permis pour arriver à dénouer les nœuds de ces enquêtes professionnelles et personnelles.

Remettre en place jour après jour, chaque pièce du puzzle.

Il faut voir plus loin qu’un énorme roman policier. C'est la vraie vie quotidienne des policiers, avec toutes les casseroles à traîner, leurs blessures mentales, l’usure mentale, les procédures judiciaires qui ralentissent leurs enquêtes etc...

Guy, ta plume pose des mots, des phrases criants de réalisme, tu arrives avec brio à nous tenir en haleine du début à la fin, tu sais jongler à merveille avec les rebondissements. Un vrai regard sur la police.

Merci vraiment, merci, ton roman policier est exceptionnel, magnifique.

Je ne peux que vous conseiller de le lire et de le savourer.

Résumé :

Deux pêcheurs autour d’un cadavre, la forêt de Rambouillet pour seul témoin. La victime n’est pas une jeune femme ordinaire, mais la fille d’un politicien sulfureux. Son corps a été littéralement broyé. Par quoi ? Par qui ? Pourquoi ? C’est ce que le groupe de la crim’ mené par Alaric Autier va tenter de comprendre, en huit journées d’une enquête sous haute pression. Entre mensonges et coups bas, on dirait que tout le monde a quelque chose à cacher, dans cette affaire où les existences et les destins menacent de s’effondrer.

Chronique réalisée par Nadine Doyelle


Pour vous le procurer :
Cliquez ici fds2016


Chronique :

Titre :
Effondrements

Auteur :
Guy Morant.

Parution : 12/03/2018 - Nocturnal.


Genre : Suspense / Enquête de police.

(N° 1 au top Amazon au 22/04/18).

499 Pages.


L’auteur :

Guy Morant est un auteur belge vivant en France. Il a publié plusieurs ouvrages de jeunesse : « Le sachet de bonbons » et quatre romans du cycle « Lucie Acamas ». Depuis deux ans, il se consacre à la littérature policière. Son premier polar, « Effondrements », est paru en mars 2018.

Ses autres écrits comptent un essai sur l’école, divers articles en ligne et dans la presse imprimée, plusieurs pièces de théâtre pour enfants qu’il a mises en scène, et les traductions de films documentaires, d’essais et de supports pédagogiques, au sein de mouvements liés à l’écologie pratique.

Maître d’école, Guy estime que les enfants lui ont appris à raconter des histoires. Écrire est pour lui un moyen de comprendre les autres. Chaque roman lui donne l’occasion de se documenter sur les sujets les plus divers et d’en apprendre un peu plus sur la vie de ses personnages et de leurs modèles.

Le résumé :

Deux pêcheurs autour d’un cadavre, la forêt de Rambouillet pour seul témoin. La victime n’est pas une jeune femme ordinaire, mais la fille d’un politicien sulfureux. Son corps a été littéralement broyé. Par quoi ? Par qui ? Pourquoi ? C’est ce que le groupe de la crim’ mené par Alaric Autier va tenter de comprendre, en huit journées d’une enquête sous haute pression. Entre mensonges et coups bas, on dirait que tout le monde a quelque chose à cacher, dans cette affaire où les existences et les destins menacent de s’effondrer.

« Effondrements » a pour décor les Yvelines cossues, où les policiers s’intéressent à un centre de formation survivaliste. Roman très documenté, proche du véritable travail d’un groupe de la police criminelle, il met en scène avec humour des personnages et des lieux s’inspirant de personnes et de lieux réels. Loin des clichés du polar, il place le lecteur en plein cœur d’une enquête soumise aux pressions de la hiérarchie et des médias.

Ma petite chronique :

Je remercie Guy Morant pour la confiance qu’il m’a accordée en me proposant son roman « Effondrements » par le biais du site SimPlement Pro.

Une enquête policière magistrale dotée d’une couverture magnifique signée Matthieu Biasotto dont le talent n’est plus à prouver.

Les recherches approfondies de l’auteur donnent un côté presque réel à la lecture.

La précision des scènes de crime, et autres recherches scientifiques, la description des lieux amènent le lecteur à s’immiscer dans l’enquête presque comme membre de la Crim’s.

Les personnages sont bien travaillés et la documentation donne un aperçu très professionnel.

Le capitaine Alaric Autier de la Crim’ est chargé d’instruire une enquête qui s’avère très compliquée où de surcroît la victime est la fille d’un ancien député Pierre Vallée, protégé par la hiérarchie.

L’atmosphère est souvent lourde, et pendant les huit jours d’enquête intense on subit la pression morale, physique et psychologique de l’équipe de la Crim’.

Tout est si bien relaté, que le lecteur semble faire partie du décor ressentant chaque émotion retenant son souffle de peur de déranger pendant les investigations.

Le cadavre d’une jeune fille est retrouvé par deux pêcheurs, abandonné vers un étang peu fréquenté et dans un état effroyable. Le corps a littéralement été écrasé et déplacé des lieux du meurtre.

Le corps est confié à l’institut médico-social, où une autopsie détaillée révèlera que Marion Vallée reconnue par ses parents a subi une déchirure anale étant enfant, traces résultant d’un viol.

Son père accuse un certain Marivain. Ce dernier serait le « gourou » d’une secte sous le nom d’une association pour le mouvement « les survivalistes ».

L’auteur aborde un sujet complexe, utilisant dans son roman un regroupement de personnes aux croyances irrationnelles, se préparant à « l’effondrement ». Les adeptes du mouvement sont fragiles psychologiquement et influençables.

Mais ce mouvement ne cacherait-il pas un trafic financier sous couvert de gros bonnets politiques ?

Et la question demeure en suspense qui a tué Marion et pourquoi ?

Je conseille vivement ce roman policier psychologique digne d’une vraie enquête de professionnels.

Ma petite note :
10/10

Chronique réalisée par Sandrine Mantin


Pour vous le procurer :
Cliquez ici fds2016
Sa page Facebook :
Cliquez ici fds2016

Ajouter un commentaire