De nos propres mains

32087197 590795127964137 6707651649675984896 n

Chronique :

Titre :
De nos propres mains

Auteur :
Bastien Pantalé.

Parution : 04/04/2018 – Éditions L’intemporel.

264 Pages.


Chez Bastien Pantalé (il nous l'avait déjà prouvé avec « Sublimation »), en plus, c'est bon.

Et ça donne ça :

Des chemins tracés, mais à la craie, comme une marelle aux lignes brisées.

Une rencontre avec l’instrument, avec le talent.

Tel un espoir, un poing levé.

Compenser l’absence, ébranler les codes, de combats en harmonies.

Une évidence à exprimer, un souffle prégnant.

La promesse de nos mains unies.

Au-delà de la romance, « De nos propres mains » relate avant tout deux destins croisés, deux parcours qui brillent par leur différence, leur pugnacité. Le reste est sur la couverture.

Ainsi, après avoir longtemps exploré, avec brio, la S.F, Bastien nous avait déjà surpris en s'attaquant aux Thrillers avec « Sublimation ». Cet exercice relevé haut la main, il vient nous titiller encore un peu plus en se frottant ce coup-ci à la romance.

Style littéraire autant adulé que décrié, c'était un pari des plus risqué.

On ne perd néanmoins pas Bastien, sa plume, et son travail de recherche de dingue.

Si, dans « Sublimation », il jouait avec la matière jusqu'à nous la faire ressentir, dans « De nos propres mains », c'est la musique qu'il nous fait entendre, et les coups qu'il fait ressentir. Il a ce don, Mr Pantalé, cette sensibilité qui lui permet de partager, bien plus que des mots, des sensations.

Alors, bien sûr, on y parle d'amour. De la rencontre d'Anne et de Dimitri, destins aussi différents que similaires.

Mais l'auteur va également aborder des thèmes qui vont donner toute sa profondeur à cette histoire : la difficulté d'être soi quand on est différent au sein de notre milieu, le besoin, pour certains plus que pour d'autres, de devoir se battre pour atteindre ses objectifs, la difficulté pour un enfant de se construire dans un univers hostile...

La situation dans les quartiers pauvres, à travers la vie de Dimitri, est bien sûr largement abordée. Cela pourrait être "bateau" au point d'en faire un reportage pour LCI. Ou pire, pour BFM ! Facile. Et ben non, Bastien s'attaque aussi aux nantis, et montre, avec Anne, la douleur d'évoluer dans un monde qui n'est pas le sien, appartement haussmannien ou pas.

Ainsi, il ne nous montre pas que l'argent ne fait pas le bonheur, non. On s'en fout de ça. Des envies différentes, des besoins profonds, et hop ! Avec beaucoup de tendresse, il balaie ces clichés d'un revers du poing.

Il y a en a, à dire, sur ce bouquin, comme sur la démarche de Bastien.

Il va néanmoins falloir conclure, et vous laissez découvrir cette belle histoire par vous-même.

Il m'a, encore une fois, embarquée, le Bastien. Dans des larmes, des sourires, des rêves, mais toujours avec la même profondeur, la même sensibilité. Son écriture se rapproche encore une fois de l'art, dans le sens où il donne l'impression de sculpter, de dessiner ses mots, ses émotions... de ses propres mains !

Chronique réalisée par Kty des Livres


Pour vous le procurer :
Cliquez ici fds2016
Son site :
Cliquez ici fds2016


Chronique :

Titre :
De nos propres mains

Auteur :
Bastien Pantalé.

Parution : 04/04/2018 – Éditions L’intemporel.


264 pages.


Bastien m’avait déjà émerveillée avec « Sublimation », mais là avec « De nos propres mains », j’ai vécu des moments inoubliables de lecture, tant par l’histoire que par l’écriture qui ont ensoleillé mes 2 soirées de lecture.

Anne, petite fille de 8 ans, vit dans un manoir, avec domestiques, nurse et chauffeur personnel... Son père se consacre entièrement à sa société, sa mère laisse à Jessica (nurse) son rôle de mère. Délaissée par sa famille et harcelée, malmenée à l’école, car c’est une fille de riches.

Anne garde toute cette douleur, son mal-être au fond d’elle et elle continue à encaisser, jour après jour, les coups qu’on lui porte. Jusqu’au jour où, toute cette souffrance accumulée se transforme en énergie et elle trouve enfin la volonté de se rebeller et de se soustraire de ce poids. Dorénavant, elle prend en main son avenir, sa vie...

Puis il y a Dimitri, qui a l’opposé d’Anne, vit dans un quartier pauvre et est élevé seulement et simplement par sa mère. Dimitri est entraîné par des amis pour entrer dans un gang, mais voilà il faut passer un test, un délit, que bien sûr Dimitri ne peut commettre ! Mettre le feu à un chat, c'est impossible pour lui !

Un jour, il croise sur son chemin, un homme qui joue du piano dans une gare, et c’est une découverte qui va changer le destin, l’avenir, la vie de Dimitri. Il possède l’oreille absolue, qui va lui ouvrir les portes du conservatoire.

De chapitre en chapitre on suit l’évolution d’Anne et de Dimitri qui vont mettre toutes les chances de leurs côtés pour réussir et vivre, grâce et par leurs passions, leurs dons et devenir des êtres épanouis.

Bastien, tu m’as fait pleurer des larmes de bonheur, tout mon être a été envahi par des bouffées d’émotions, de bien-être, d’espoir et d’amour...

Bercée par tes mots, tes phrases, qui donnent envie d’être Anne et/ou Dimitri pour connaître la plénitude, le don de soi, le partage et l’amour dans tous ses éclats.

Une bombe littéraire, magnifique, extraordinaire, sublime, puissante…

Donnez-vous tous les moyens pour vivre votre passion à fond ! Lisez-le vite !

Résumé :

Roman contemporain.

Des chemins tracés, mais à la craie, comme une marelle aux lignes brisées.

Une rencontre avec l’instrument, avec le talent, tel un espoir, un poing levé.

Compenser l’absence, ébranler les codes, de combats en harmonies.

Une évidence à exprimer, un souffle prégnant, la promesse de nos mains unies.

Au-delà de la romance, « De nos propres mains » relate avant tout deux destins croisés, deux parcours qui brillent par leur différence, leur pugnacité. Le reste est sur la couverture.

AVERTISSEMENT : pour les besoins de l'histoire, certains chapitres font appel au registre familier et au langage parlé. Les lecteurs attachés aux œuvres classiques et réfractaires aux écritures modernes s'en trouveront peut-être désorientés.

Chronique réalisée par Nadine Doyelle


Pour vous le procurer :
Cliquez ici fds2016
Sa page Facebook :
Cliquez ici fds2016
Son site :
Cliquez ici fds2016