PK : Mes derniers mots

51vbaxb1j6l

CHRONIQUE DE NADINE :

Titre :
P.K : MES DERNIERS MOTS

Auteur :
Matthieu Biasotto

Parution : 10/11/2017 – Auto-Édition


421 pages.


Quand Matthieu m’a contacté, en me demandant si je pouvais lire son dernier thriller avant sa sortie et qui s'intitule « Mes derniers mots » : Que vous dire ?

Qu'une explosion s’est produite dans ma tête et dans mon cœur, où déjà un petit coquelicot a germé suite à ma lecture du 11 juin. Et là, un champ complet est subitement apparu. Ceux qui connaissent l’univers de Matthieu comprendront... Et bien sûr, j'ai dit OUI.

Car lire un roman de Matthieu, c'est monter sur un ring de boxe de son plein gré, sans protection.

Et on se prend des droites dans la tête, dans le cœur. Des uppercuts dans l’estomac qui vous coupent le souffle. On est bousculés, retranchés jusqu'à dans les cordes. On tombe à genoux, on se relève mais on continue...

Matthieu nous pousse jusqu'aux extrêmes, nous amène à réfléchir. A nous remettre en cause, à voir autrement...

Et avec « Mes derniers mots » Matthieu a encore frappé fort, même très très fort. C'est un thriller époustouflant, qui nous tient en haleine sans discontinuer.

Un cri, un hurlement, un torrent d’émotions qui s’abat sur nous. Les questions, les réponses se percutent dans la tête.

Vous allez me dire et l’histoire dans tout ça ?

Une pièce sombre, où se réveille Matthieu (oui c'est Matthieu) il est couvert d’ecchymoses, des douleurs de la tête aux pieds. Des tatouages lui recouvrent le corps.

Mais il ne se souvient de rien, s’est-il battu ? Qui est-t-il ? Que fait-il ici ? Que se passe-t-il ?

Son cerveau est vierge, il ne se souvient de rien, comme un nouveau-né. Puis, il voit un corps au sol et derrière ce corps, se cache une jeune fille qui lui semble frêle comme une brindille.

Et là tout commence…

Et pour finir, juste quelques mots sur la couverture qui reflète à elle seule ce thriller.  Maintenant, c'est à vous de vous faire votre propre opinion.  MOI J’Y CROIS et je suis une PK.

Résumé :

De ce qu’il a vécu, jusqu’à la personne qu’il était, il ne reste rien. Pas le moindre souvenir. Il ne doit cette amnésie ni à un accident ni à une maladie. Sa perte de mémoire est brutale, sans doute à la hauteur de ce qu’il a fait. 

Il est une anomalie dans une société connectée où le règne digital le condamne pour ses fautes. Plus qu’un fugitif, il incarne une menace qui doit être éradiquée. On le traque, on veut le voir mort, parce qu’il est un PK. Et le système ne reculera devant rien pour que vous n’en deveniez jamais un à votre tour.

Chronique réalisée par Nadine Doyelle


Pour vous le procurer :
Cliquez ici fds2016

Ajouter un commentaire